Le mensonge: L'affaire du maire de Vence accusé injustement du viol de son petit-fils par Christian Iacono

Le mensonge: L'affaire du maire de Vence accusé injustement du viol de son petit-fils

Titre de livre: Le mensonge: L'affaire du maire de Vence accusé injustement du viol de son petit-fils

Éditeur: Sudarènes Editions

Auteur: Christian Iacono


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Christian Iacono avec Le mensonge: L'affaire du maire de Vence accusé injustement du viol de son petit-fils

Le récit d'une vie qui bascule et d'une justice incapable de protéger les innocents...

Il y a 14 ans, Gabriel, un jeune garçon âgé de 9 ans, accusait son grand-père de l'avoir violé. À l'époque, l'affaire avait défrayé la chronique puisque l'accusé, Christian Iacono, médecin radiologue, n'était autre que le maire de Vence (Alpes-Maritimes). Pourtant, quelques années plus atrd, le plaignant s'est rétracté et Christian Iacono a obtenu en 2015, l'annulation de sa condamnation après 15 ans de "calvaire".
Gabriel a finalement décidé de sortir de son silence et a expliqué son attitude tout en présentant ses excuses.

Découvrez le témoignage poignant du cauchemar de cet homme accusé à tort et qui n'a cessé de se battre pour rétablir la vérité.

EXTRAIT

Le 10 juillet 2000 à 9 heures du matin, ma vie s’est arrêtée.
C’était ma 65e année.

65 ans d’une vie largement remplie, depuis mon enfance dans les ruelles de Skikda, jusqu’à ces dernières années comme premier magistrat de la ville de Vence.
65 ans pour construire et consolider une famille, éduquer mes enfants, s’entourer d’amis.
65 ans pour faire ma place dans un monde compliqué, en pleine mutation et en plein doute.
65 ans de respect des institutions de mon pays, de foi dans ses valeurs démocratiques.
Toutes ces années d’action, d’épreuves, de succès et d’échecs à tenter de bâtir une vie d’homme, une vie que je voulais exemplaire pour mes enfants et petits-enfants, ont été rayées, niées, supprimées, anéanties par une accusation infâme, la plus infâme qui soit à mes yeux. Celle sortie de la bouche de l’enfant que j’aimais le plus au monde, de Gabriel, mon petit-fils.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Christian Iacono, 81 ans, médecin radiologue en retraite, a été maire de Vence de 1989 à 2001 et de 2008 à 2009.
Pour la première fois, il raconte. Dans Le Mensonge, il parle à cœur ouvert de cette affaire qui lui a coûté bien plus que 15 ans de sa vie.

Livres connexes

Le récit d'une vie qui bascule et d'une justice incapable de protéger les innocents...

Il y a 14 ans, Gabriel, un jeune garçon âgé de 9 ans, accusait son grand-père de l'avoir violé. À l'époque, l'affaire avait défrayé la chronique puisque l'accusé, Christian Iacono, médecin radiologue, n'était autre que le maire de Vence (Alpes-Maritimes). Pourtant, quelques années plus atrd, le plaignant s'est rétracté et Christian Iacono a obtenu en 2015, l'annulation de sa condamnation après 15 ans de "calvaire".
Gabriel a finalement décidé de sortir de son silence et a expliqué son attitude tout en présentant ses excuses.

Découvrez le témoignage poignant du cauchemar de cet homme accusé à tort et qui n'a cessé de se battre pour rétablir la vérité.

EXTRAIT

Le 10 juillet 2000 à 9 heures du matin, ma vie s’est arrêtée.
C’était ma 65e année.

65 ans d’une vie largement remplie, depuis mon enfance dans les ruelles de Skikda, jusqu’à ces dernières années comme premier magistrat de la ville de Vence.
65 ans pour construire et consolider une famille, éduquer mes enfants, s’entourer d’amis.
65 ans pour faire ma place dans un monde compliqué, en pleine mutation et en plein doute.
65 ans de respect des institutions de mon pays, de foi dans ses valeurs démocratiques.
Toutes ces années d’action, d’épreuves, de succès et d’échecs à tenter de bâtir une vie d’homme, une vie que je voulais exemplaire pour mes enfants et petits-enfants, ont été rayées, niées, supprimées, anéanties par une accusation infâme, la plus infâme qui soit à mes yeux. Celle sortie de la bouche de l’enfant que j’aimais le plus au monde, de Gabriel, mon petit-fils.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Christian Iacono, 81 ans, médecin radiologue en retraite, a été maire de Vence de 1989 à 2001 et de 2008 à 2009.
Pour la première fois, il raconte. Dans Le Mensonge, il parle à cœur ouvert de cette affaire qui lui a coûté bien plus que 15 ans de sa vie.Le récit d'une vie qui bascule et d'une justice incapable de protéger les innocents...

Il y a 14 ans, Gabriel, un jeune garçon âgé de 9 ans, accusait son grand-père de l'avoir violé. À l'époque, l'affaire avait défrayé la chronique puisque l'accusé, Christian Iacono, médecin radiologue, n'était autre que le maire de Vence (Alpes-Maritimes). Pourtant, quelques années plus atrd, le plaignant s'est rétracté et Christian Iacono a obtenu en 2015, l'annulation de sa condamnation après 15 ans de "calvaire".
Gabriel a finalement décidé de sortir de son silence et a expliqué son attitude tout en présentant ses excuses.

Découvrez le témoignage poignant du cauchemar de cet homme accusé à tort et qui n'a cessé de se battre pour rétablir la vérité.

EXTRAIT

Le 10 juillet 2000 à 9 heures du matin, ma vie s’est arrêtée.
C’était ma 65e année.

65 ans d’une vie largement remplie, depuis mon enfance dans les ruelles de Skikda, jusqu’à ces dernières années comme premier magistrat de la ville de Vence.
65 ans pour construire et consolider une famille, éduquer mes enfants, s’entourer d’amis.
65 ans pour faire ma place dans un monde compliqué, en pleine mutation et en plein doute.
65 ans de respect des institutions de mon pays, de foi dans ses valeurs démocratiques.
Toutes ces années d’action, d’épreuves, de succès et d’échecs à tenter de bâtir une vie d’homme, une vie que je voulais exemplaire pour mes enfants et petits-enfants, ont été rayées, niées, supprimées, anéanties par une accusation infâme, la plus infâme qui soit à mes yeux. Celle sortie de la bouche de l’enfant que j’aimais le plus au monde, de Gabriel, mon petit-fils.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Christian Iacono, 81 ans, médecin radiologue en retraite, a été maire de Vence de 1989 à 2001 et de 2008 à 2009.
Pour la première fois, il raconte. Dans Le Mensonge, il parle à cœur ouvert de cette affaire qui lui a coûté bien plus que 15 ans de sa vie.